Catherine Pavloff

C’est en 1985 une année après l’obtention de mon diplôme de kinésithérapie que je rencontre pour la première fois Françoise Mézières lors d’un stage qui dure 1 mois et qui se déroule à Lallongue. Elle reprenait un cycle de formation Mézières qu’elle assurait en grande partie seule et son désir de transmettre était immense. Après ce long stage j’ai essayé de la rencontrer autant que possible pour des recyclages jusqu’à son décès en 1991.

Le message était ardu et tellement déroutant pour une jeune diplômée que mon passage à Strasbourg pour passer un DU de Reconstruction Posturale en 1997 à l’université Louis Pasteur de Strasbourg me fut d’une grande utilité. (L’enseignement était sous la responsabilité de 2 de ses élèves Charlotte Borch-Jacobsen et Michaêl Nisand).

Ce travail (méthode Mézières) je l’ai mené depuis en cabinet (à Montpellier dans l’hérault) et depuis quelques années j’ai voulu entendre les paroles de ces patients qui me demandaient :

MGA_3646_R2«Mais que pouvons-nous faire maintenant pour que les corrections tiennent ?
On aimerait ne pas avoir peur de retomber dans nos lésions, alors comment nous y prendre ?»

C’est en 2008 que je me suis décidée à rencontrer Thérèse Bertherat qui formait des particiciens en Antigymnastique®. Après avoir travaillé à ses cotés, j’ai mis en place en parallèle à mon activité de kinésithérapeute méziériste, des cours en groupe de Gymnastique Posturale.

En juin 2013, j’ai passé un D.U de psychosomatique au sein de la faculté de médecine de Nîmes, sous la direction de Marie Massip et des Docteurs Babeau et Pongy. Cette approche nourrit mes recherches actuelles ainsi que les cours de Gymnastique Posturale que j’assure à Montpellier et lors de mes stages.

Je voudrais qu’à travers ce site vous puissiez mieux cerner ma façon de travailler et que vous y trouviez des liens qui vous permettent de répondre à vos questions. De simples mouvements pour tester vos raideurs vous seront proposés ainsi que des questions réponses rédigées dans un souci de clarifier vos interrogations.