Le diaphragme

Le diaphragme, comment fonctionne t-il ? En quoi est-ce un muscle si important pour nous ?

Diaphragme

Ce muscle en forme de dôme naît de la circonférence de
la cage thoracique.

Il comporte:

  • une partie sternale (appendice xiphoïde)
  • une partie costale (6 derniers cartilages costaux)
  • une partie lombaire (L1-L3)

Il a 3 orifices, pour la veine cave inf, pour l’œsophage, et l’aorte.
On peut comparer le diaphragme à un parachute. Nous pouvons avoir un accès facile aux 2 pans latéraux de ce parachute, en longeant le pourtour des côtes à partir de l’appendice xiphoïde  et jusqu’aux vertèbres lombaires sur lequel il s’attache.
Ensuite le diaphragme a une partie horizontale, qui sépare le thorax, et est en lien avec les organes qui sont posés dessus et les intestins qui se trouvent en dessous.

Il est aussi absurde d’apprendre à respirer que d’apprendre à faire circuler notre sang à l’intérieur de nos veines.
« La respiration ne s’éduque pas elle se libère » Françoise Mézières
Si nous avons du mal à respirer, si nous sentons que notre capacité respiratoire n’est pas ce qu’elle devrait être, c’est que nous sommes entravés, empêchés et cela par des causes extérieures à la respiration. Et ce sont des gênes qui sont dues au raccourcissement des chaînes, ou à la déformation de notre thorax.

Prenons une autre image : il s’agit de  comparer notre cage thoracique à une boîte de conserve.
Comme une boîte de conserve, notre cage thoracique peut être cabossé, enfoncé à certains endroits, les contours thoraciques ne sont pas ce qu’ils devraient êtres c’est-à-dire rectilignes et obliques. (Ce sont les muscles des chaînes trop courts qui modifie sa morphologie et le déforme)
Notre diaphragme, qui serait le fond de cette boîte de conserve, et qui monte et descend lors de la respiration, et bien ce fond de la boîte est freiné, empêché.
Il est donc aberrant d’apprendre à respirer, nous respirons comme nous le pouvons, comme notre morphologie thoracique nous le permet. Nous nous trouvons parfois comme dans la situation d’un conducteur qui au volant de sa voiture essaye d’avancer alors que le frein à main est mis.
Notre diaphragme est tiré par les muscles des chaînes trop courts, ce ne sera qu’en leur redonnant de la longueur que nous retrouverons une amplitude respiratoire normale.
C’est la structure qui gouverne la fonction. Il est donc inefficace d’entraîner une fonction, retrouver une morphologie normale nous permet de récupérer la fonction.

Ce muscle est très important pour nous car il va être un outil merveilleux pour nous rapprocher de la forme idéale.

( aller dans la rubrique articles pour trouver un article sur le lien entre les troubles organiques et le diaphragme)